Les SCPI sont des sociétés civiles ayant pour objet exclusif l'acquisition et la gestion d'un patrimoine immobilier locatif. La SCPI collecte des fonds provenant en majorité d'investisseurs particuliers. En contrepartie de cet argent investi, l'investisseur reçoit des parts sociales de la SCPI.

Ce type de placement reste attrayant en dépit du durcissement de la fiscalité. Assorties d'un rendement supérieur aux taux de crédit actuels, elles permettent de réaliser des montages ingénieux.

Pour en savoir plus, nous avons invité Jean-François Charrier, Responsable Commercial CGPI à la Française AM à nous apporter son expertise sur le financement des SCPI.


Quels sont les avantages concurrentiels des SCPI ?

Dans la conjoncture économique et financière instable que nous connaissons aujourd'hui, le placement SCPI attire un grand nombre d'épargnants.

Les SCPI d'entreprise, plus important segment du marché, ont atteint une collecte nette1 de 2,3 Mds€ en 2012. Le niveau du taux de distribution moyen de ces SCPI (5,27 % en 20123) les positionne comme un investissement immobilier très compétitif face aux taux globalement bas du placement de l'épargne.

Au-delà de cette conjoncture de marché, les SPCI d'entreprise disposent d'avantages structurels, notamment par rapport à un investissement immobilier en direct :
• Les performances de la classe d'actifs immobiliers présentent historiquement des qualités de décorrélation par rapport à celles des marchés financiers,
• La SCPI donne accès aux marchés immobiliers pour une mise de fonds réduite, avec la souscription de parts à partir de quelques centaines d'euros généralement,
• La souscription peut être réalisée à crédit, permettant ainsi de bénéficier d'un effet de levier grâce à des taux de distribution aujourd'hui supérieurs aux coût du crédit,
• Les risques patrimoniaux et locatifs sont mutualisés sur des patrimoines diversifiés tant géographiquement que par typologies de biens,
• L'investisseur ne se charge pas lui-même de la gestion du bien immobilier qui est effectuée par la société de gestion,
• La succession est facilitée par la divisibilité des parts.


Risques associés

Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement minimale recommandée par la société de gestion est de 9 ans.

Comme tout investissement, l'immobilier physique (bureaux, locaux d'activités, entrepôts, commerces) présente des risques (absence de rentabilité potentielle ou perte de valeur) qui peuvent toutefois être atténuées par la diversification immobilière et locative du portefeuille de la SCPI ; cet objectif n'étant pas garanti.

La SCPI n'étant pas un produit coté, elle présente une liquidité moindre comparée aux actifs financiers. Les conditions de cession (délais, prix) peuvent ainsi varier en fonction de l'évolution à la hausse comme à la baisse du marché de l'immobilier et du marché des parts de SCPI.

La rentabilité d'un placement en parts de SCPI est de manière générale fonction :
• des dividendes potentiels ou éventuels qui vous seront versés. Ceux-ci dépendent des conditions de location des immeubles, et peuvent évoluer de manière aléatoire en fonction de la conjoncture économique et immobilière (taux d'occupation, niveau de loyers) sur la durée totale du placement,
• du montant de capital que vous percevrez, soit lors de la revente de vos parts ou le cas échéant de la liquidation de la SCPI. Ce montant n'est pas garanti et dépendra de l'évolution du marché de l'immobilier sur la durée totale du placement.

La SCPI comporte un risque de perte en capital et le montant du capital investi n'est pas garanti.

L'attention du souscripteur est attirée sur le fait que l'obtention d'un financement pour la souscription à crédit de parts de SCPI n'est pas garantie et dépend de la situation patrimoniale, personnelle et fiscale de chaque client. Le souscripteur ne doit pas se baser sur les seuls revenus issus de la détention de parts de SCPI pour honorer les échéances du prêt compte tenu de leur caractère aléatoire. En cas de défaut de remboursement, l'associé peut être contraint à vendre ses parts de SCPI et supporter un risque de perte en capital. L'associé supporte également un risque de remboursement de la différence entre le produit de la cession des parts de la SCPI et le capital de l'emprunt restant dû dans le cas d'une cession des parts à un prix décoté.

Source : Crédifin


En savoir plus et être contacté par Europea